Changement climatique : les principes de base

Les changements climatiques anthropiques se produisent ici, en ce moment.
Climate Change the Basics

Les annales météorologiques de partout au Canada démontrent que toutes les années depuis 1998, donc depuis 20 ans, ont été plus chaudes que la moyenne au 20e siècle. [1] Ceci signifie que toute une génération de Canadiens n’a jamais connu ce que l’histoire moderne appelait autrefois un climat canadien « normal ».

Mais le Canada n’est pas le seul, bien sûr. La planète entière se réchauffe.

La terre se réchauffe

Déterminer la température moyenne de la planète tout entière est un accomplissement scientifique incroyable. Les données servant à calculer la moyenne proviennent de différentes sources. La température de l’air est enregistrée par des stations et ballons sondes météorologiques partout à travers le monde. La température des océans est mesurée à l’aide de milliers de bouées et de navires. Des satellites en orbite surveillent constamment la température de l’air et des océans à l’échelle de la planète.

Différents organismes internationaux de recherche amassent et analysent minutieusement ces millions de mesures afin de déterminer la température globale de la Terre [2, 3, 4]. Ces données démontrent clairement que la Terre se réchauffe depuis plus d’un siècle, principalement au cours des 50 dernières années. En réalité, selon les données existantes, 17 des 18 années les plus chaudes se sont produites depuis 2001 [5, 6, 7].

AboutClimateChange-GFX-13.jpg

Ce réchauffement planétaire marque un véritable changement par rapport aux températures communes couvrant les dernières 10 000 années [8]. Et, contrairement aux changements climatiques naturels qui se sont produits depuis que la Terre existe, les activités humaines en sont responsables.

La cause : l’activité humaine

Le climat de notre planète est influencé par plusieurs facteurs naturels, incluant l’inclinaison de la Terre, son orbite autour du Soleil, d’importantes éruptions volcaniques, et des courants océaniques changeants. Puisque nous connaissons beaucoup de choses sur le fonctionnement de ces forces, nous savons également qu’aucune d’entre elles ne peut expliquer le réchauffement soudain et récent de la planète [9].

Les données démontrent que seulement la hausse des concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, particulièrement les concentrations de dioxyde de carbone, peut expliquer la tendance au réchauffement observée autour du monde. Les gaz à effet de serre portent ce nom, car ils agissent véritablement comme une serre ou une couche d’isolant pour la Terre : ils emprisonnent la chaleur et réchauffent la planète. (Pour plus d’information, consultez notre page Les gaz à effet de serre).

AboutClimateChange-GFX-15_2.jpg

Une seule raison peut expliquer l’augmentation des concentrations de dioxyde de carbone : la combustion de combustibles fossiles par les humains.

Comment le savons-nous? En examinant les atomes de carbone, les scientifiques peuvent savoir si le dioxyde de carbone se trouvant dans l’atmosphère provient de combustibles fossiles. Les recherches démontrent que la quantité de dioxyde de carbone émise dans l’air en raison de l’utilisation de combustibles a augmenté en flèche au cours des derniers siècles, intensifiant ainsi l’effet de serre et le réchauffement de la planète.

AboutClimateChange-GFX-12.jpg

Nous savons que les augmentations anthropiques des concentrations de gaz à effet de serre entrainent un réchauffement planétaire, car aucun autre facteur ne peut l’expliquer.

Consensus scientifique

La communauté scientifique étudiant le climat est composée de chercheurs provenant de plusieurs disciplines : géologie, astrophysique, océanographie, physique atmosphérique et plusieurs autres. Des sondages révèlent que 97 % ou plus des scientifiques s’entendent pour dire que la planète se réchauffe et que les humains en sont la cause [10].

Ce haut degré de consensus est fantastique, car les scientifiques contribuent à l’avancement de nos connaissances du monde en remettant en question les idées et observations de leurs collègues. Ils ne sont pas d’accord les uns avec les autres sans avoir de très bonnes raisons, car seules des conclusions fondées obtiennent ce type d’acception massive, et uniquement après des années de tests et d’analyses.

Au cours des trente dernières années, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) évalue les preuves scientifiques sur les changements climatiques. Le GIEC est un groupe d’experts internationaux qui analyse rigoureusement et interprète les recherches scientifiques jugées par les pairs sur le climat. Le groupe produit régulièrement des rapports sur l’état de la climatologie, les impacts des changements climatiques et font des recommandations réglementaires sur les façons de s’adapter aux changements climatiques et de les réduire [11]. Ces rapports révèlent la quantité énorme de preuves que la Terre se réchauffe à cause des humains.

Risques et impacts

Nous entendons parfois parler d’un changement de la température moyenne de deux ou trois degrés. Ceci peut sembler anodin, mais ces « petits » chiffres peuvent engendrer des impacts concrets et majeurs.

Le climat détermine presque tout dans notre façon de vivre, de travailler et de jouer. Nous construisons nos villes, usines et autoroutes selon notre climat. Nous dépendons également des systèmes météorologiques prévisibles pour nous alimenter. Les plantes, animaux et écosystèmes du monde se sont adaptés aux conditions climatiques qui se sont soudainement mises à changer.

Parmi les effets actuels et projetés du réchauffement planétaire au Canada, on retrouve [12]:

  • La fonte du pergélisol qui menace des immeubles et le transport dans le nord, et laisse s’échapper du méthane, ce qui accélère encore plus le réchauffement planétaire.
  • Une augmentation du niveau de la mer sur les côtes est et ouest pouvant entrainer des inondations dans certaines villes, une augmentation des dommages causés par des tempêtes, et une accélération de l’érosion.
  • Une augmentation des parasites et des espèces envahissantes, menaçant ainsi nos écosystèmes et notre économie.
  • Une météo plus changeante et davantage de phénomènes météorologiques exceptionnels et des risques accrus de catastrophes liées aux conditions atmosphériques comme les sècheresses et les inondations.
  • Des étés plus chauds, entrainant des risques accrus de problèmes de santé liés à la chaleur ainsi qu’une saison de feux de forêt plus intense.

Que pouvons-nous faire?

La menace que pose le climat est réelle, mais il existe de belles occasions de trouver des approches nouvelles et créatives pour vivre ensemble en santé et dans la prospérité dans les limites du monde naturel. Nous devons exiger et appuyer les actions climatiques collectives au sein de nos communautés, villes, provinces, ainsi que dans le Canada tout entier.

Les changements climatiques représentent un problème à grande échelle, mais c’est également le résultat direct de nos choix et actions collectives. Ceci signifie que nous pouvons faire une différence.

Atténuation

La chose la plus importante que nous pouvons faire pour que les changements climatiques n’empirent pas est de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Réduire ces émissions nécessitera un vaste éventail d’approches : remplacer les combustibles fossiles par une énergie renouvelable, revoir notre façon de planifier et de construire, découvrir comment être plus productif avec moins de ressources.

Nous pouvons tous appuyer la transition vers une économie énergétique utilisant peu de carbone en accueillant et en insistant sur l’utilisation de sources énergétiques renouvelables lorsque possible, et en réduisant notre dépendance collective envers les combustibles à teneur élevée en carbone qui constitue une menace sérieuse.

Les plans nationaux et régionaux de tarification du carbone du Canada sont une des approches possibles pour nous aider à faire cette transition. Une taxe sur le carbone efficace pourra nous aider à arrêter d’utiliser les combustibles fossiles tout en amassant des sommes pour investir dans des idées et des technologies à faible émission de carbone fort nécessaires.

Adaptation

Il est important de réaliser que les gaz à effet de serre que nous avons déjà relâchés dans l’atmosphère garantissent que des changements climatiques sont en cours, et qu’il est inévitable que la tendance se poursuive. Pour s’adapter à cette nouvelle réalité, nous devons prendre la menace au sérieux, examiner l’impact qu’elle aura sur nous à l’échelle locale et déterminer quelles seront les mesures les plus efficaces.

Les cartes dans l’Atlas climatique offrent des projections détaillées des changements climatiques afin d’aider les Canadiens d’un océan à l’autre à dresser un portrait des changements climatiques dans leur agglomération. Les documentaires vidéos nous expliquent la perception et l’expertise de Canadiens de différents milieux qui cherchent à comprendre et à faire face aux changements climatiques qui ont un impact sur leur vie.

Consultez notre section Agir afin d’en apprendre davantage sur la façon dont nous pouvons réduire notre impact sur le climat, et comment mieux nous préparer face aux changements à venir.

Références

  1. Prairie Climate Centre. “Seeing is Believing: Temperature Records Prove Canada is Warming”
  2. Gouvernement du Canada. Données climatiques historiques Données climatiques historiques.
  3. États-Unis d’Amérique. Données climatiques en ligne (en anglais). Climate Data Online
  4. États-Unis d’Amérique. NASA. EarthData
  5. Hartmann, D.L. et al. “Observations: Atmosphere and Surface.” In: Climate Change 2013: The Physical Science Basis. [PDF]
  6. États-Unis d’Amérique. NASA. Godard Institute for Space Studies. GISS Surface Temperature Analysis
  7. Columbia University Earth Institute. Global Temperature.
  8. Marcott, Shaun A., Jeremy D. Shakun, Peter U. Clark, and Alan C. Mix. “A Reconstruction of Regional and Global Temperature for the Past 11,300 Years”. Science 339 (8 Mar 2013): 1198-1201.
  9. Prairie Climate Centre. “It Ain’t Natural: How we Know Humans are Causing Climate Change
  10. Reusswig, Fritz. “History and future of the scientific consensus on anthropogenic global warming.” Environmental Research Letters 8.3 (2013).
  11. GIEC. Publications et rapports
  12. Ressources naturelles Canada. Changements climatiques : Impacts et adaptation.

Lectures additionnelles

Gouvernement du Canada.Changements climatiques

Ressources naturelles Canada. Changements climatiques : Impacts et adaptation.

Hadley Centre, UK Met Office. What is Climate Change?

NOAA. Climate Change and Variability

GIEC. Changements climatiques 2013 : Les éléments physiques

GIEC. Changements climatiques 2014 : Impacts, adaptation et vulnérabilité

Next article