Cartes du changement climatique et forêts

Cartes du forêts

L’Atlas climatique vous permet d’explorer la façon dont le changement climatique risque d’influer sur les écosystèmes forestiers vastes et diversifiés du Canada.

Des étés beaucoup plus chauds, des hivers plus doux et des changements dans les précipitations entraîneront probablement des incendies de forêts plus fréquents et plus intenses, l'arrivée de nouvelles espèces envahissantes et une augmentation des infestations de ravageurs. Le changement climatique peut également permettre aux arbres de se développer dans des zones auparavant inhospitalières, comme au nord de la limite forestière actuelle ou près des sommets des montagnes.

Comprendre l'ampleur de ces divers changements et risques permet aux gestionnaires forestiers, aux coordonnateurs des interventions d'urgence, aux citoyens, aux politiciens et aux planificateurs de prendre des mesures significatives pour atténuer les effets et s'adapter.

ffp.png

Des températures maximales plus élevées

Des températures élevées et persistantes augmentent le risque de sécheresse, mettent davantage de stress sur les arbres et amplifient le risque d'incendie. De même, les températures élevées peuvent également entraîner davantage d'orages, ce qui se traduit par une augmentation des impacts de foudre pouvant déclencher des incendies.

dd5.png

Des températures minimales plus basses

Le réchauffement des hivers peut avoir plusieurs impacts sur nos forêts. Des températures plus chaudes peuvent conduire à moins de neige, dont beaucoup d'espèces d'arbres dépendent pour isoler leurs racines. Les températures très froides permettent de contrôler les populations de nombreux ravageurs des arbres, ce qui conduit de nombreux chercheurs à craindre que les hivers plus chauds augmentent le risque d'infestations dangereuses de ravageurs et de maladies.

chu.png

Degrés-jours de croissance

Les degrés-jours de croissance sont corrélés aux taux de croissance des arbres et des insectes. Différentes températures de base (5, 10 et 15°C) sont utilisées pour enregistrer les résultats pour les arbres et les insectes qui nécessitent des quantités de chaleur différentes. Une augmentation importante des DJC peut signifier une augmentation importante du nombre d’insectes forestiers, tels que les coléoptères, les chenilles et les tordeuses.

pdays.png

Précipitations

Les schémas de précipitation sont essentiels à la foresterie pour de nombreuses raisons, notamment la disponibilité de l’eau, l’accumulation de neige et le risque de sécheresse à court et à long terme. L'Atlas fournit des données sur les précipitations moyennes au cours des saisons, il est donc possible d'explorer comment les régimes de précipitations pourraient changer tout au long de l'année.